La digitalisation de la monnaie

Le monde de la cryptomonnaie est en pleine ébullition! Entre Facebook qui s’apprête à proposer Diem (sa monnaie virtuelle) en janvier 2021, la banque espagnole BBVA qui va lancer ses services de crypto trading, ou bien le bitcoin qui à dépassé ce jeudi 17 décembre les 22 000 dollars (un record historique), les répercutions de la monnaie virtuelle sur le monde réel sont bien présentes. Plus qu’on ne le pense.

Rapide tour d’horizon

« Le bitcoin n’est plus un gadget et s’installe durablement dans le paysage financier mondial », titrait ainsi l’éditorialiste et économiste du Monde Philippe Escande, le 7 décembre dernier. Le bitcoin est la cryptomonnaie la plus connue, une sorte de porte-étendard. Le nombre d’institutions soit portant des projets de création de cryptomonnaies, soit investissant dessus, sont en augmentation depuis que le bitcoin est rentré dans la culture collective. La monnaie elle même a connue une augmentation de 185% de sa valeur cette année.
Cette monnaie créée en 2009 n’est pourtant pas la première. Des tentatives ont été faites à la fin des années 90 par la société Digicash. Celle-ci fit faillite. D’autres tentatives ont eu lieu, jusqu’en 2009, ou le succès croissant de bitcoin entraîna dans son sillage de nombreuses autres cryptocurrencies.

… à un objectif donné.

L’économie virtuelle autour de ces monnaies a pris une ampleur considérable, avec des valeurs totales qui se comptent en milliards d’euros. Des sociétés, côtés en bourses affichent ouvertement leurs investissements en bitcoin ; le Venezuela et les îles Marshall sont les premiers états à avoir fondé leurs cryptomonnaies en 2018 ; de nombreuses banques, comme Gazprombank et BBVA proposent des services de tradings et d’investissements…

En France, le ministère de l’Économie et des Finances n’est pas resté silencieux. Sur son site officiel, il rappelle que les crypto-monnaies ne sont pas réglementées, et rappel que l’euro est la seule monnaie ayant cours légal en France. “Sur le plan juridique, une crypto-monnaie n’est pas une monnaie : elle ne dépend d’aucune institution, ne bénéficie d’aucun cours légal dans aucun pays ce qui rend l’évaluation de sa valeur difficile et ne peut être épargnée donc constituer une valeur de réserve.” ( https://www.economie.gouv.fr/particuliers/cryptomonnaies-cryptoactifs ). Mais a contrario, rien n’est indiqué contre celles-ci en France, si ce n’est des recommandations et des mises en garde.

Virtuel mais réel

Réel mais virtuel !

Toute monnaie est indexée sur quelque chose, dans le cas des monnaies classiques, généralement l’or des réserves étatiques concerné. Pour le bitcoin, c’est différent : Le nombre d’unités émis sont créés par les utilisateurs grâce aux calculs informatiques (le minage) et sera limité mathématiquement à 21 millions, quant à la valeur est, elle, indexé sur l’offre et la demande, à la manière d’une action. Et chaque crytomonnaies à ses propres règles d’indexation, parfois sur des valeurs physiques, parfois non.

… à un objectif donné.

À l’heure où des économistes, tels que Mira Christanto (@asiahodl sur twitter), se concentrent sur les monnaies virtuelles, et affichent comme conclusions que le bitcoin en fin 2020 est moins volatil que l’or en termes d’investissement, de plus en plus d’acteurs du secteur bancaire franchissent le pas. Les banques asiatiques sont en train d’opérer de grandes transactions et un début de prise de position important dans le domaine, avec par exemple la création par la plus grande banque de Singapour, DBS, de sa propre cryptomonnaie, annoncé ce jeudi 10 décembre. (source : This week in Asia ). Leurs buts : Proposer des solutions sécurisées pour digitaliser les levers de fonds des entreprises, PMI PME grands comptes, et faciliter les démarches en virtualisant leurs fonds. Nul doute que dans un futur proche, ces services trouveront écho dans l’ensemble du secteur bancaire. L’avenir est plus que jamais digital, et lié aux cryptomonnaies.

Un pari sur l’avenir ?

je souhaite être contacté(e)

Vous avez un projet ?

Remplissez le formulaire et un membre de Cerebro Technologie vous contactera dans les plus brefs délais.

Vous avez un projet ?

Remplissez le formulaire et un membre de Cerebro Technologie vous contactera dans les plus brefs délais.

    Recopiez les lettres correctes

    captcha